QUI EST COLLYON

Un article de Collyon Wiki.

Jump to: navigation, search

[modifier] Retour à l'Accueil

[modifier] This page in English for my friends who do not know French

I thank for its works of translation my friend Alan Calavano du Minnesota Alan Calavano[1]He also collector of l' exposition de 1900.



COLLYON à 5/6 ans. Photographie pour le pavillon de l'UNESCO à l'Exposition de Montreal en 1967.
  • Parisien d'origine et issu d'une famille de bougnats devenus restaurateurs, je passais mes vacances scolaires chez mes grands-parents dans leur maison à Chassing dans l'Aisne. Mon grand-père avait dans son bureau, qui servait de bibliothèque, de vieux livres remplis d'images. Je me souviens de ce grand Larousse illustré où, à chaque début de rubrique, une demie-page était réservée à une illustration représentant des objets, animaux, plantes etc. dont le nom commençait par la lettre en question j'y passais des heures....
  • Il y avait aussi les revues reliées de "l'Illustrations". De très lourds et gros livres que je ne comprenais pas très bien car tout y était dans le plus grand désordre; j'ai mis des années à comprendre qu'il s'agissait d'un périodique relié. Comment imaginer que l'on puisse relier un magazine quand on ne rencontre que des Paris Match, Elle ou Mickey chez le médecin ! Dans ce journal, on parlait des expositions. Il y en avait partout en France mais aussi à l'étranger, des grandes, des petites mais elles avaient toutes en commun d'être, selon les auteurs, "merveilleuses" et "représentatives" de ce qui se faisait de plus beaux au monde.
  • Moi j'étais fasciné par ces pavillons qui, d'après mon grand-père, n'étaient là que pour quelques mois. Puis vint le temps des cartes postales et de la collection .....


POURQUOI CETTE COLLECTION ?

COLLYON à 26 ans dans les pas de M.ZOLA.
  • Je ne sais plus si une personne m'a initié aux expositions ou si c'est un ensemble d'informations venant de toutes parts. Bien sûr, comme je le dis plus haut, mes lectures d'enfance et les informations données par mon grand père ont préparé le terrain. Je pense aussi aux quelques mois passés comme coursier à vélomoteur en 1972 à l'age de 17 ans. La société Astra Calvé (margarine...) avait son siège rue de la Boétie dans le 8° arrondissement de Paris. Bien entendu c'était le quartier des expositions et aussi celui du marché aux timbres où je me rendais chaque semaine le jeudi après-midi. C'est là que j'ai été attiré par la collection de cartes postales. A cette époque, les stocks étaient énormes et l'envie de collectionner devint très forte mais avec mon salaire de coursier, il n'était pas question que je recherche les raretés du genre voitures à chien ou les ballons. Je remarquais bientôt que les photographies d'expositions étaient peu recherchées et qu'il me serait facile de me constituer une collection à condition de ne pas chercher à posséder trop d'illustrateurs.
  • Mon thème était trouvé:

LES CARTES PHOTOGRAPHIQUES REPRESENTANT LES PAVILLONS ET EXPOSANTS DE L'EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1900.

Réalisée par M.LERUYET, ma tante,en 1983.

  • Oui, je sais et vous entends déjà vous moquer de moi: "Il parle de cartes postales et la première chose qu'il nous présente c'est un tableau!". Sur ce point vous avez raison mais je fais ce que je veux, c'est vous qui êtes les visiteurs!! En plus j'ai une bonne explication: On ne peut se lancer dans ce type de collection sans se documenter ; donc on en arrive à collectionner tout ce qui concerne l'exposition de 1900.
  • Je suis resté 17 ans chez Astra, occupant différents postes sans grand intérêt et durant toutes ces années ma collection augmentait et mes connaissances aussi. J'ai, durant cette période, fait des rencontres étonnantes: Une actrice de cinémascope très vieille, belle et gentille, qui avait joué dans la série des "Angélique". Une princesse russe (oui une vraie!) qui ajouta à mon achat, une robe de chambre rouge, en cachemire, à col de zibeline doublée soie, ayant appartenu à son défunt époux. J'ai rencontré un jour, sur les quais des bouquinistes, un metteur en scène de cinéma qui cherchait des bouquins sur la Belle Epoque. Il m'a promis que si je lui laissais un ouvrage sur l'Exposition, que j'avais remarqué avant lui, il me donnerait tous ceux réunis pour la documentation à la fin de la production. Parmi toutes ces rencontres, il y eut, bien sûr, des collectionneurs mais, voyez-vous, à leur ton docte et condescendant, je préférais passer des heures à écouter les gens me raconter leurs souvenirs, non pas de l'Exposition, mais qui concernaient les personnes qu'ils avaient connues et qui en étaient les visiteurs.

  • Chers amis nous espérons que notre modeste contribution participera à votre satisfaction et répondra à l'objet de vos recherches.

Retour à l'Accueil

Récupérée de « http://collyon.com/QUI_EST_COLLYON »